11 conseils pour une installation réussie

1- Anticiper son installation au moins 1 an avant

Ne pas attendre le dernier moment pour choisir votre installation vous permettra d’étudier toutes les offres du marché et de vous déterminer dans de bonnes conditions.

2- Effectuer des remplacements dans les établissements

C’est non seulement une excellente initiation à votre vie professionnelle future, mais aussi un bon moyen de tester différents établissements, d’en comprendre le mode de fonctionnement et d’apprécier la qualité des équipes.
Un médecin peut se faire remplacer dans sa clientèle :

  • soit par un docteur en médecine inscrit au Tableau de l’Ordre ;
  • soit par un étudiant en médecine, titulaire d’une licence de remplacement.

3- Rester ouvert à toutes les propositions sans parti pris

Beaucoup d’histoires souvent fantaisistes circulent sur les installations, associations, successions. N’ayez pas d’a priori. Soyez ouvert à la discussion, écoutez ce qui vous est proposé et donnez-vous le temps de la réflexion après avoir étudié en toute sérénité les propositions.

4- Comprendre en amont le fonctionnement des cliniques

Une clinique est une entreprise de santé. Elle met à la disposition des praticiens libéraux des plateaux techniques et des organisations pour qu’ils exercent leur art dans les meilleures conditions. Il est primordial que les praticiens connaissent le mode de fonctionnement de ces organisations et qu’ils participent activement à la vie de l’établissement : missions transversales (CME, CLIN, CLUD, hémovigilance, douleur…) en étroite collaboration avec les équipes administratives.

5- Rencontrer ses futurs confrères et le président de la CME

Un nouveau médecin doit pour s’installer avoir l’agrément de la CME. Mais s’installer veut aussi dire intégrer une organisation qui existe déjà, qui a ses règles et ses réseaux. Il faut l’apprivoiser…

6- Privilégier l’exercice médical en équipe

La tendance n’est plus à l’exercice isolé de la médecine mais au regroupement des activités et à la création de pôles d’excellence. Travailler en équipe sera pour vous et pour vos patients un gage de qualité, de sécurité et de confort.

7- Se présenter à la communauté médicale de la région et former ses réseaux

S’installer veut dire monter sa petite entreprise ! Il va donc falloir vous faire connaître et tisser votre toile, constituer vos réseaux, préparer votre mode de fonctionnement avec vos correspondants. Cela prend du temps. Dans d’autres professions cela s’assimile à du marketing !

8- Ne pas hésiter à faire lire le contrat d’exercice proposé par un conseil juridique

Signer un contrat engage l’établissement et le praticien. Un contrat doit prévoir les droits et les devoirs de chacune des parties. Il est basé sur la réciprocité. Vous devez vérifier, avec un conseil, que le contrat proposé respecte ces principes. Le Conseil de l’Ordre sera destinataire de ce contrat.

9- Ne pas engager d’argent avec vos futurs confrères avant la fin de la période d’essai

Les deux parties peuvent mettre fin à tout moment à la période d’essai dans certaines conditions exposées dans le contrat. Si des engagements financiers doivent vous lier à vos futurs associés, attendez pour les mettre en œuvre que cette période soit terminée. En cas de rupture vous éviterez ainsi les problèmes de recouvrement de ces sommes.

10- Dissocier vos revenus professionnels de vos revenus personnels.

Ayez dès le début de votre activité une comptabilité à part. N’hésitez pas à recourir à des professionnels.

11- Décider du lieu de votre installation en complet accord avec votre conjoint(e)

S’installer implique à priori que vous passerez une grande partie de votre vie dans le même endroit. Votre conjoint(e) doit s’y sentir bien et éventuellement y trouver un job qui lui convienne parfaitement. Prenez cette décision ensemble… Ne lui demandez pas une sorte de sacrifice au moment du choix de votre lieu d’installation… Cela se retournerait contre vous dans les moments moins romantiques de la vie…